contactez les élus provinciaux

Abordez le fait qu'il est effectivement nécessaire d'encadrer les chiens et les humains, mais que beaucoup de sections du projet de loi 128 vous inquiètent. Réclamez une modification de celles-ci afin de réellement assurer la sécurité publique.

Mentionnez la prévention contre les morsures et la sensibilisation au langage corporel canin auprès des citoyens, car ce sont des atouts essentiels dans la mesure où les humains et chiens cohabitent ensemble dans notre société.

Parlez du bannissement de certains chiens pour leur race ou apparence (LSR) ayant démontré son inefficacité à travers diverses villes, provinces et pays. Son instauration sera inapplicable, coûteuse, et entraînera des problématiques auprès des familles, des vétérinaires et des refuges de la province.

Dénoncez le fait qu'il est impossible d'identifier de façon fiable les origines d'un chien, sauf si celui-ci est de pure race avec des papiers d'enregistrement à un club canin. Les vétérinaires n'ont pas voulu identifier visuellement les chiens de Montréal, et ils ne le feront probablement pas plus si le projet de loi est adopté.

Rappelez-leur qu'étant donné que le Québec totalise une moyenne de 450 morsures par jour (comme l'indique l'OMVQ dans son dernier communiqué), dont environ la moitié sont causées par le chien de la famille, un encadrement des gardiens de chiens et de leurs compagnons canins est nécessaire pour protéger les citoyens et leurs enfants des morsures dans leur foyer.

Faites allusion à la ville de Calgary, en Alberta, qui a diminué de façon impressionnante les morsures sur son territoire, sans avoir visé de races particulières. Les résultats ont été constatés également au niveau de la gestion animalière grâce à l'identification permanente des chiens.

Adresses courriel des élus que vous devez contacter

​Sélectionnez cette liste et copiez là, puis connectez vous sur Gmail, Outlook, ou votre boîte mail habituelle. Créez un nouveau message, et collez la liste ci-dessous dans les destinataires.

ministre@economie.gouv.qc.ca ; ministre@mern.gouv.qc.ca ; michel.auger.CHMP@assnat.qc.ca ; ministre@msss.gouv.qc.ca ; Stephane.Bergeron.VERC@assnat.qc.ca ; Raymond.Bernier.MONT@assnat.qc.ca ; Pascal.Berube.MATN@assnat.qc.ca ; sbillette-hunt@assnat.qc.ca ; David.Birnbaum.DMG@assnat.qc.ca ; ministre@mess.gouv.qc.ca ; Luc.Blanchette.RNT@assnat.qc.ca ; gbolduc-mega@assnat.qc.ca ; fbonnardel-gran@assnat.qc.ca ; Jean.Boucher.UNGA@assnat.qc.ca ; ministre@tourisme.gouv.qc.ca ; Guy.Bourgeois.ABES@assnat.qc.ca ; Paul.Busque.BESU@assnat.qc.ca ; ecaire-lape@assnat.qc.ca ; mcarriere-chap@assnat.qc.ca ; presidentcabinet@assnat.qc.ca ; ministre.aines@mfa.gouv.qc.ca ; Benoit.Charette.DEMO@assnat.qc.ca ; ministre.deleguee@msss.gouv.qc.ca ; Germain.Chevarie.IDLM@assnat.qc.ca ; Alexandre.Cloutier.LSJ@assnat.qc.ca ; ministre@mamot.gouv.qc.ca ; ccousineau-berr@assnat.qc.ca ; ministre.maritimes@economie.gouv.qc.ca ; Sylvie.DAmours.MIRA@assnat.qc.ca ; ministre@mtq.gouv.qc.ca ; fdavid-goui@assnat.qc.ca ; Helene.David.OUTR@assnat.qc.ca ; rdesantis-bosa@assnat.qc.ca ; adrolet-jele@assnat.qc.ca ; Andre.Fortin.PONT@assnat.qc.ca ; Luc.Fortin.SHER@assnat.qc.ca ; ministre.saic@mce.gouv.qc.ca ; mgaudreault-hull@assnat.qc.ca ; Sylvain.Gaudreault.JONQ@assnat.qc.ca ; Francois.Gendron.ABOU@assnat.qc.ca ; Pierre.Giguere.SAMA@assnat.qc.ca ; Denis.Girard.TRRI@assnat.qc.ca ; Jean.Habel.SARO@assnat.qc.ca ; shamad-lohe@assnat.qc.ca ; Guy.Hardy.SAFR@assnat.qc.ca ; ministre@mddelcc.gouv.qc.ca ; Veronique.Hivon.JOLI@assnat.qc.ca ; Patrick.Huot.VANI@assnat.qc.ca ; airaca-papi@assnat.qc.ca ; Mireille.Jean.CHIC@assnat.qc.ca ; sjb.BORD@assnat.qc.ca ; gkelley-jaca@assnat.qc.ca ; akhadir-merc@assnat.qc.ca ; Maka.Kotto.BOUR@assnat.qc.ca ; Mario.Laframboise.BLAI@assnat.qc.ca ; Diane.Lamarre.TAIL@assnat.qc.ca ; Andre.Lamontagne.JOHN@assnat.qc.ca ; Lise.Lavallee.REPE@assnat.qc.ca ; Harold.Lebel.RIMO@assnat.qc.ca ; guy.leclair-beau@assnat.qc.ca ; flegault-asso@assnat.qc.ca ; Nicole.Leger.PAT@assnat.qc.ca ; ministre@finances.gouv.qc.ca ; Gaetan.Lelievre.GASP@assnat.qc.ca ; Mathieu.Lemay.MASS@assnat.qc.ca ; ministre-mffp@mffp.gouv.qc.ca ; Francois.Lisee.ROSE@assnat.qc.ca ; Agnes.Maltais.TASC@assnat.qc.ca ; Nicolas.Marceau.ROUS@assnat.qc.ca ; donaldmartel-nico@assnat.qc.ca ; Manon.Masse.SMSJ@assnat.qc.ca ; Michel.Matte.PORT@assnat.qc.ca ; nmenard-lapo@assnat.qc.ca ; Richard.Merlini.LAPR@assnat.qc.ca ; Marie.Montpetit.CREM@assnat.qc.ca ; ministredelegue@finances.gouv.qc.ca ; nmorin-cds@assnat.qc.ca ; MarieClaude.Nichols.VAUD@assnat.qc.ca ; Martin.Ouellet.RELE@assnat.qc.ca ; Martine.Ouellet.VACHON@assnat.qc.ca ; gouellette-chom@assnat.qc.ca ; fouimet-marq@assnat.qc.ca ; spage@assnat.qc.ca ; Francois.Paradis.LEVI@assnat.qc.ca ; ministre@mapaq.gouv.qc.ca ; mpicard-cdlc@assnat.qc.ca ; Marc.HPlante.MASK@assnat.qc.ca ; Robert.Poeti.MABO@assnat.qc.ca ; cpoirier@assnat.qc.ca ; Saul.Polo.LDR@assnat.qc.ca ; ministre.famille@mfa.gouv.qc.ca ; preid-orfo@assnat.qc.ca ; lorrainerichard-dupl@assnat.qc.ca ; Jean-Francois.Roberge.CHMB@assnat.qc.ca ; Sylvain.Rochon.RICL@assnat.qc.ca ; frotiroti-jmv@assnat.qc.ca ; jrousselle-vimo@assnat.qc.ca ; nroy-mota@assnat.qc.ca ; sylvainroy-bona@assnat.qc.ca ; sylvieroy-arth@assnat.qc.ca ; Claire.Samson.IBER@assnat.qc.ca ; Monique.Sauve.FABR@assnat.qc.ca ; sschneeberger-drum@assnat.qc.ca ; Caroline.Simard.CHCB@assnat.qc.ca ; Serge.Simard.DUBU@assnat.qc.ca ; gsklavounos-lado@assnat.qc.ca ; Chantal.Soucy.SAHY@assnat.qc.ca ; aspenard-beno@assnat.qc.ca ; Yves.St-Denis.ARGE@assnat.qc.ca ; ministre@mri.gouv.qc.ca ; Claude.Surprenant.GROU@assnat.qc.ca ; marc.tanguay-lafo@assnat.qc.ca ; ministre.pme@economie.gouv.qc.ca ; atherrien-sagu@assnat.qc.ca ; mtraversy-terr@assnat.qc.ca ; Veronyque.Tremblay.CHAU@assnat.qc.ca ; dave.turcotte-saje@assnat.qc.ca ; ministre@justice.gouv.qc.ca ; kvallieres-ricm@assnat.qc.ca ; ministre@travail.gouv.qc.ca ; avilleneuveberh@assnat.qc.ca ; cabinet@midi.gouv.qc.ca

Modèle de courriel

à copier-coller et signer:

Madame, monsieur,

Je vous contacte aujourd'hui afin de vous parler du projet de loi 128, qui  a pour but de renforcer la sécurité publique en encadrant les chiens. J'appuie entièrement votre désir de vouloir agir, mais je pense que plusieurs passages du projet de loi sont irréalistes et inefficaces pour lutter contre le problème des morsures.

À Calgary, en Alberta, le nombre de cas a diminué de manière incroyable sans viser de races particulières, et j'ose espérer un tel changement dans notre province, pour faire diminuer la moyenne annuelle de 164 000 cas. La prévention contre les morsures et l'enseignement du langage corporel canin sont deux des principales solutions face au taux élevé de blessures causées par des chiens.

En parallèle, comme on a pu le constater en Ontario (où le bannissement de certaines races a échoué), plus il y a de chiens sur un territoire et plus il y a de morsures. En contrôlant les naissances de chiots par l'encadrement strict de la reproduction (avec un permis), on diminue le nombre de chiens sans pratiquer d'euthanasies. On rend l'acquisition d'un chien difficile pour les familles irresponsables, et on diminue la quantité de chiens ayant un problème de comportement causé par une génétique instable, une séparation précoce de la mère ou une mauvaise socialisation.

Je vous prie de bien vouloir reconsidérer votre approche, car les deux mois qui ont été accordés à la rédaction du projet de loi 128 sont insuffisants quand on parle d'assurer la sécurité publique. Comme l'a expliqué le Dr Ethan Lightblau, ce n'est pas les origines de Lucifer qui ont mis fin aux jours de madame Vadnais, mais bien son passé personnel et le manque d'action de la Ville de Montréal suite à ses précédentes attaques.

Dans la mesure où il est impossible d'identifier visuellement un chien, que les tests d'ADN sont coûteux et que les municipalités n'ont pas de budget pour bannir certains chiens pour leur races, croisement ou apparence, les mesures visant les chiens de types Pit Bull, Amstaff, Staffy et Rottweiler sont inappropriées. C'est la raison pour laquelle beaucoup des villes du Québec ayant adopté ce  type de législation ne l'appliquent pas, par manque de ressources et surtout, de résultats.

Merci de votre attention. Dans l'attente d'une action de votre part,

*NOM*

 

AGISSEZ AUTREMENT!

Découvrez dès maintenant les autres actions que vous pouvez effectuer pour lutter contre le projet de loi 128