Non aux élevages chez les particuliers !


Crédit photo : SVHL photograph'

Acheter à un particulier, c’est choisir un chiot qui a été conçu sans les soins nécessaires !

Chaque année, des maîtres montréalais non expérimentés se lancent dans la production de chiots par l’intermédiaire de leurs chiens. Côté gestation, la plupart n’ont absolument aucune notion :

-de ce qui se passe au cours de la gestation étape par étape

-de l’âge idéal pour une chienne d'avoir sa première portée

-de quels espaces sont les plus sécurisants pour la chienne lors de son accouchement

-du fait qu’il faut absolument faire vermifuger la mère et surveiller si elle n’a pas de parasites

-des périodes au cours desquelles il faut aller voir le vétérinaire

-des moments au cours desquels il faut changer progressivement son alimentation

-du fait qu’une chienne de 5-6 ans (tout dépendant de la race) a beaucoup plus de risques (comme une femme de 40 ans et plus) de mal mener à terme sa portée

-que le mélange de certaines races peut créer des chiots mentalement instables, stressés, voir dangereux

-de comment surveiller les signes de l’évolution de la grossesse (ex : augmentation ou baisse de l’appétit, nausées, fatigue, gonflement des mamelles, écoulements de glaires au niveau de la vulve, changement de caractère, perte du goût de jouer)

-et surtout, ne savent pas à partir de quand ils peuvent séparer les chiots de leur mère

De plus, la plupart de ces personnes ne savent pas comment prendre soin de chiots pendent et après leur naissance afin de leur assurer la stabilité et évolution possible. Ainsi, ils n’ont aucune idée de :

-l’état dans lequel sont les chiots à la naissance ni la durée de cette période d’handicap : sourds et aveugles

-la température ambiante idéale pour la naissance

-la fréquence des tétés nécessaires à leur bon développement

-la manière dont les chiots apprennent à faire leurs besoins

-l’évolution normale du chiens en fonction de son poids et de sa race

Les conséquences des BYBs

Les particuliers qui décident de se lancer dans la reproduction de chiens sont inconscients des conséquences que cela implique. Ainsi, ils sont un grand facteur de la surpopulation canine au Québec et jouent un rôle dans la quantité d'animaux abandonnés qui n'obtiennent pas ''une seconde chance'' dans la vie. Notre province possède déjà bien assez d'éleveurs expérimentés et de refuges pour fournir des chiots, qui sont d'ailleurs psychologiquement plus stables que ceux des élevages domestiques. De plus, un autre facteur important de cette surpopulation, les horribles usines à chiots, fournit une quantité importante d'animaux aux animaleries. Heureusement, des associations, comme la SPA Canada, luttent déjà contre ces usines de reproduction qui n'apportent pas les soins nécessaires aux chiennes et à leurs petits. Les BYBs sont donc de trop dans le milieu de la reproduction canine.

Des refuges surpeuplés

Au Québec, il y a actuellement un taux d'abandon beaucoup plus élevé que le taux d'adoption. Qu'en conclure ? La demande est insuffisante face à la production et pousse ainsi des milliers de chiens à se faire euthanasier en refuges. La production de chiots réduit ouvertement la quantité d'adoptions dans les refuges qui accueillent pourtant des chiens stérilisés et vaccinés de tous types (beaucoup de Pit Bulls vous y attendent !) à des prix très abordables. On retrouve également de nombreux chiots issus de portées non désirées dans ces foyers d'adoption qui ont bien plus besoin d'être sauvés que ceux issus des BYBs.

Des conséquences possibles sur le comportement des chiots

Un des cas de négligeance de la part des BYB les plus présents dans notre société est le sevrage prématuré. La séparation trop hative des petits avec leur mère peut engendrer des problèmes comportementaux à long terme sur les jeune chiens. Selon une étude italienne datant de 2011, les troubles du comportement les plus représentatifs chez les chiots sevrés précocement sont :

- Des peurs pathologiques lors des promenades

- Des aboiements intempestifs

- Une hyperréactivité aux bruits

- Une grande recherche d’attention

- Un comportement possessif

- Des destructions

- Des morsures au cours des jeux

SOURCES :

Hélène Jacques – Docteur vétérinaire

Mégane,

Chroniqueuse

#éducation #animaux #chien #canin #byb #élevage