Qui est vraiment Lucifer, le chien qui a tué madame Vadnais?


Une voisine de Franklin Junior Frontal (qui souhaite rester anonyme) a révélé des informations sur le chien qui a tué Christiane Vadnais, encore jusqu’à ce jour inconnues par le public et les médias locaux. Voici donc ce que vous devez savoir de Lucifer selon ce qu’elle a expliqué lors d’une entrevue :

Un passé sombre

Depuis le décès de madame Vadnais, beaucoup de rumeurs ont circulé sur Lucifer, le chien responsable de ce tragique événement. Franklin Junior Frontal a raconté son histoire, et celle-ci est loin d’être banale. Lucifer a vécu longtemps enfermé dans une cage, comme les animaux de laboratoires, négligé et maltraité par une femme qui n’éprouvait pas d’amour envers lui. Cette période de sa vie a créé en lui des sentiments de méfiance et de rejet envers les humains de sexe féminin, ancrés dans son système nerveux.

Si l’on se penche sur le nouveau règlement animalier de Montréal instauré suite à cette attaque, rien n’empêche les humains de faire subir ce genre de choses à un chien, mais quand il est question de vérifier que les citoyens ont payé leurs licences, les inspecteurs ont le droit de rentrer chez le public. Il serait pourtant beaucoup plus logique que la ville autorise ses employés à entrer dans les domiciles pour constater que les chiens y sont bien traités, afin de lutter contre le mauvais développement et le manque de socialisation d’individus canins, pouvant les mener à devenir agressifs ou grandement anxieux. La ville de Montréal préfère donc punir ses citoyens plutôt que de prévenir des drames similaires.

Le déclenchement

Franklin a alors décidé d’aller sortir Lucifer de ces conditions de vie en le volant afin de le prendre chez lui. Voici comment ce chien est devenu le compagnon de route de la famille Frontal. Au début, le chien manquait de socialisation et n’étant pas castré, il s’est un jour fait attaquer dans un parc à chiens par deux gros mâles. Cet événement a déclenché en lui un traumatisme qui a engendré des comportements agressifs dans plusieurs situations, notamment en présence de femmes. Lucifer a donc mordu à plusieurs reprises la fille de Franklin Junior Frontal, le témoin avec qui nous avons discuté, ainsi que d’autres personnes.

Lorsqu’on connait le monde canin, on sait que les chiens agissent par instinct, et que certains comportements sont ancrés de naissance ou suite à des traumatismes dans leur système nerveux. C’est cela qui détermine comment ils agiront ; ils ne se posent pas de questions. La race ou l’apparence du chien n’a pas de répercussions dans son agressivité, ce qui signifie que chaque cas devrait être traité individuellement en prenant en compte le contexte de la morsure et l’état psychologique du chien. Selon Franklin, Lucifer était un Dogue de Bordeaux croisé avec un chien de type Pit Bull ; ce qui signifie que ce chien était ce qu’on nomme communément un « bâtard ». Selon la description que nous en avons reçu (un chien imposant), il ne rentrerait même pas dans les critères morphologiques du Pit Bull Terrier Américain, du Bull Terrier du Staffordshire ou du Staffordshire Terrier Américain.

Une haine aveuglante

La famille de la défunte a fait un cas personnel de l’apparence du chien, demandant ainsi de faire condamner des milliers d’individus canins simplement pour leur physique, sans prendre en compte le fait que les bannir est totalement inefficace. Plutôt que d’analyser intelligemment la situation en comprenant que la ville aurait dû encadrer ce chien et son maitre, la famille perd son énergie à mettre le blâme sur des races qui n’ont à ce jour aucun lien avec Lucifer, et pour lesquelles aucun test d’ADN ne dévoilera jamais la vérité. Dans le même sens que les politiciens, la famille veut donc se faire rassurer sans réellement vouloir être protégée de toutes les morsures possibles effectuées chaque jour par quelques 450 chiens.