Projet de loi 128: qu'en est-il du Bull Terrier Anglais?


Depuis le mois d'avril 2017, les médias ont pris plaisir à parler des chiens de types Pit Bull et Rottweiler qui seront bannis selon le projet de loi 128, mais on entend jamais parler de l'impact de ce dernier sur le Bull Terrier Anglais (plus connu sous le surnom de "Bull Terrier").

Pourquoi a-t-on ressenti le besoin de parler de cette race alors qu'elle ne figure pas dans la liste de celles qui seront bannies partout dans la province? La réponse est simple: ce type de chiens continuera d'être banni dans beaucoup de villes, mais on en entend jamais parler. Il est donc lui aussi une victime de la Législation Spécifique de la Race, que nous surnommons "LSR".

Il faut savoir que la majorité des villes qui bannissent les chiens de types Pit Bull, Amstaff et Staffie, ont aussi interdit de leur territoire les Bull Terriers, des chiens peu connus de la population mais qui existent depuis bien longtemps. Malheureusement, le projet de loi 128, qui se concentre sur d'autres races, permettra aux villes qui bannissent ce type de chiens de conserver cette interdiction.

Par exemple, Drummondville et Longueuil continueront donc logiquement de bannir toutes les races qui y sont déjà interdites, et pas seulement celles de l'annexe 1 du projet de loi 128... N'importe quelle ville pourra d'ailleurs choisir de refuser d'autres races canines de leur territoire, ce qui signifie qu'aucun chien n'est à l'abri.

S.O.S Bull Terriers Canada travaille d'ailleurs chaque mois à placer des chiens de types Bull Terrier Anglais et Bull Terrier Miniature dans des villes n'appliquant pas la LSR. Ce refuge est inquiet des répercussions que pourrait avoir le projet de loi 128 sur ces races qu'il protège depuis plusieurs années.

"Comment les villes adapteront-elles leurs règlements actuels à la prochaine loi? Certaines décideront-elles de garder le Bull Terrier Anglais dans les races bannies et d'autres prendront-elles la décision de l'en retirer? Rien n'est clair, et le gouvernement n'a pas pensé à ça, c'est évident. On voit notamment des villes comme Châteauguay tenter de raisonner les élus en leur démontrant qu'en 10 ans ils n'ont jamais réussi à appliquer la LSR sur leur territoire." souligne une co-fondatrice du refuge.

Pourquoi le Bull Terrier Anglais n'est-il pas une des races bannies par le projet de loi 128 et par le règlement animalier de Montréal? Notre hypothèse est que ces deux partis se sont fiés au rapport de l'OMVQ sorti en juillet 2016. Ce dernier mentionnait, dans sa section sur l'identification d'un chien de type Pit Bull, que les Bull Terriers ne font pas partie de cette catégorie, contrairement à ce que beaucoup pensent.

En conclusion, Protection Pit Bulls s'inquiète également du sort de cette race et des chiens qui en descendent, car le projet de loi 128 n'est pas clair, et parce que l'adaptation des réglementation​s municipales reste très floue à l'heure actuelle.