Les 520 familles devant abandonner leur type Pit Bull recevront de l’aide


Montréal – Suite à la réception d’une lettre datée du 21 août dernier, environ 520 foyers montréalais ont été avertis qu’ils devaient se départir de leur chien dans les plus brefs délais (4 semaines étant la durée accordée).

La majorité des familles concernées avaient cependant complété toutes les conditions dans les temps, ou fait parvenir plusieurs des documents demandés à la ville. Les foyers n’ayant pas été en mesures d’appliquer le règlement sont, selon les analyses de Protection Pit Bulls, des familles monoparentales, des personnes âgées ou ayant un handicap, ainsi que des personnes bénéficiant du bien-être social pour des raisons variées.

Plusieurs organismes et firmes d’avocats collaborent donc ensemble afin de venir en aide aux citoyens concernés, dont le cabinet de Me Anne-France Goldwater, celui de Me Julius Grey, la CPSPC, Velvet Hearts Canada et Protection Pit Bulls. Un délai sera demandé à la ville afin que les gardiens de chiens responsables puissent garder leur chien légalement à Montréal.

Si aucune entente ne vient à être effectuée entre les experts et la ville, le dossier finira en Cour afin de tenter d’obtenir justice pour les chiens bannis. Toutes ces démarches auront lieu sous peu, au courant du mois de septembre, en parallèle de la contestation du Règlement sur le contrôle animalier de la Ville de Montréal qui a été adopté il y a environ un an.

Toutes les familles ayant reçu la lettre doivent impérativement remplir le formulaire créé pour collecter les coordonnées des victimes. Un message sera envoyé cette semaine afin de tenir informés de la situation et des solutions possibles les foyers concernés.