L'opposition de Montréal demande le maintien du bannissement


Depuis l'annonce de Projet Montréal concernant la suspension de la LSR dans la ville, les membres de l'ancienne équipe de Denis Coderre continuent de propager la désinformation et la peur, sans appuyer leurs propos par des sources fiables. «Il n’y aucun doute, la sécurité des Montréalais sera affectée», a affirmé Lionel Perez, membre de Mouvement Montréal, le parti qui succède à l’Équipe Coderre. Voici donc un rappel de courtoisie concernant l'échec total du règlement animalier qui a été mis en place en septembre 2016 par ces élus:

*à cause de la négligence de la ville, madame Christiane Vadnais a été tuée par un chien qui avait fait l'objet de plaintes pour morsures dans le passé. La ville n'étant jamais intervenue pour faire évaluer Lucifer, une femme a malheureusement payé de sa vie pour cette grave erreur. Le rapport du coroner confirme ceci, et explique le manque de sérieux du bannissement de certaines races.

*pour couvrir ses arrières et faire oublier sa responsabilité dans cet événement, l'Équipe Coderre a alors mis en place un règlement animalier sans consulter le moindre expert du domaine. Aucun vétérinaire, aucun éducateur canin, ou autre professionnel, n'a apporté son opinion et son expérience lors de la création de ce document. C'est à partir d'un sondage lancé sur son compte Twitter que l'ancien maire avait décidé de bannir certains chiens pour leur race ou apparence - comment peut-on faire plus populiste comme décision?

*depuis l'application du nouveau Règlement sur le contrôle des animaux de la Ville de Montréal, aucune réussite n'a été constatée: on rencontrait des chiens se promenant toujours sans laisse, on croisait des chiens ''de type Pit Bull'' sans muselière, on voyait des chats de particuliers courir les rues. En conclusion, la population a été mal informée des règles, et beaucoup refusaient tout simplement de s'y plier.

*les employés de la ville (que ce soit ceux des Bureaux Accès Montréal, du 311 ou de la patrouille de contrôle animalier) ont été très mal formés pour répondre aux questions du public. Certains d'entre eux inventaient des races bannies, d'autres disaient que si on avait pas d’antécédents judiciaires il ne fallait pas les faire vérifier, et autres.

*de nombreux incidents de morsures ont eu lieu sur le territoire depuis la mise en place de ce règlement, ce qui démontre qu'il ne protégeait pas les citoyens et leurs animaux de manière efficace et rationnelle. La ville a échoué dans l'application de sa propre réglementation, et a refusé de suivre à plusieurs reprises l'avis des comportementalistes canins concernant l'avenir de plusieurs chiens mordeurs.

*le bannissement des chiens de types Pit Bull, Amstaff, Staffy et Bully, n'a aucunement été applicable, dans la mesure où celui-ci se basait avant tout sur l'apparence physique du chien, sans même accepter les tests d'ADN (qui sont pourtant plus fiables!) Ainsi, la ville a eu recourt à des experts pour décider de l'avenir des chiens en se basant sur une liste de 20 critères, qui ne contenait même pas les caractéristiques physiques des quatre races visées, mais uniquement celles du Pit Bull Terrier Américain.

*l'organisation des permis spéciaux a littéralement été une catastrophe: dossiers perdus, documents égarés, oubli de vérifier une information, et nous en passons. On a particulièrement pu constater ceci lorsque 520 familles ont reçu l'ordre d'abandonner leur chien, alors que beaucoup avaient respecté toutes les conditions de garde dans les temps.

En conclusion, les élus de Mouvement Montréal ont un nouveau nom de parti, mais toujours des idées basées sur la peur, et non sur des études et des modèles de réussite. Bien que l'Équipe Coderre n'existe plus, son incompétence reste ancrée dans la ville à travers la nouvelle opposition. Les décisions populistes n'ont aucunement leur place dans une grande ville comme Montréal, ce qui a d'ailleurs joué en la faveur de Projet Montréal lors des élections.