COVID-19 : Que va-t-il se passer avec nos animaux au Québec ?



Mis à jour le 23 mars 2020


Alors que le Québec entier est en état d'alerte à cause de la pandémie, la priorité pour les gouvernements concerne bien évidemment les humains. Il est donc normal que de nombreux foyers [qui ont des animaux à la maison] se posent des questions sur l'avenir de leurs compagnons poilus.


Qu'en est-il des vétérinaires ?


Partout à travers la province, des cliniques vétérinaires restent en servic mais sont elles aussi des victimes du crash économique. Beaucoup, si ce n'est pas la majorité, dépensent plus qu'elles ne gagnent pour rester ouvertes depuis une semaine. Les équipes médicales s'inquiètent des conséquences de leur possible fermeture sur le bien-être des animaux. Nous vous recommandons de contacter votre clinique vétérinaire [si votre animal a besoin de traitements ou d'une nourriture spéciale] afin de vous renseigner sur leurs plans et sur les options qui s'offrent à vous si ils pensent devoir fermer leurs portes pour éviter la faillite.


Et des animaleries ?


Si le gouvernement fédéral met en place un confinement obligatoire pour l'ensemble de la population, les animaleries resteront ouvertes car elles font parties des commerces essentiels depuis le lundi 23 mars. En ville, certaines d'entre elles proposent le service de livraison à domicile, ce qui permet aussi de diminuer les déplacements.


Soutien moral indispensable


En cette période de confinement et de quarantaine, les animaux de compagnie sont un soutien émotionnel très important pour les humains. Prendre soin d'eux est aussi un moyen de s'occuper : entretenir le poil, couper des griffes, travailler des tours, etc. Leur innocence face à la situation a un côté appaisant. Nous vous conseillons de profiter de ce temps à la maison pour renforcer vos liens avec vos chiens et chats, en partageant du temps de qualité avec eux.


Promenades privilégiées


Ceux et celles qui ont la chance d'avoir un chien dans leur vie ne peuvent qu'apprécier ces sorties à deux ! Dans plusieurs des pays les plus touchés et encadrés, comme la France et l'Italie, promener son compagnon canin est devenu l'une des seules raisons valables qu'on a pour pouvoir aller dehors. Pas de chien, pas de promenades quotidiennes ! Avec le printemps qui pointe le bout de son nez, vous ne pourrez qu'apprendre à apprécier ces petits moments de marche ensemble.


Pas de transmission


En Europe, le phénomène a pris beaucoup trop d'ampleur : les gens abandonnent leurs animaux car ils pensent que ceux-ci peuvent transmettre la COVID-19 aux humains. C'est 100% faux ! Nos chiens, chats et petits animaux ne peuvent pas nous contaminer, ni même attraper ce coronavirus. Cependant, nous vous recommandons de garder votre chien loin des inconnus qui aimeraient le flatter, au même titre que vous (soit avec 1 à 2 mètres de distance sociale).


Refuges en pleins changements


Les organismes qui recueillent des animaux n'ont pas le choix de modifier leurs protocoles de A à Z pour s'assurer que leur établissement et leur équipe ne soient pas contaminés. Beaucoup font appel à la générosité des québécois en leur demandant de devenir famille d'accueil pour s'occuper temporairement des animaux à leur charge. Nous vous invitons à écrire aux refuges de votre région si vous souhaitez aider en ouvrant votre foyer à un animal abandonné.