Québec : bienvenue au royaume des usines à chiots...



Alors que les refuges, services animaliers et fourrières débordent à travers l'ensemble de la province, les québécois continuent d'encourager les usines à chiots et élevages de fond de cour. On les retrouve en vente dans de nombreuses animaleries, sur Facebook, dans les petites annonces Kijiji : les chiots nés de l'abus sont partout dans les rues de nos villes !


Qu'est ce qu'une usine à chiots ?

Selon la Humane Society International - Canada, "une usine à chiots est un établissement d’élevage dans lequel des chiots sont produits à la chaîne, et ce, dans des conditions inférieures aux normes établies. Le but est de produire le plus de chiots possible en engendrant un minimum de coûts, tout en générant un maximum de profit, pour l’exploitant. L’industrie des usines à chiots a connu une croissance exponentielle au Canada et représente maintenant un secteur de plusieurs millions de dollars dans le pays. Cependant, les usines à chiots ne peuvent pas subvenir aux besoins d’un chien."

Quels sont les conséquences au Québec ?

Selon nos recherches, il y aurait environ 2000 usines à chiots en activité au Québec. Ces dernières contribuent grandement à la surpopulation canine en "produisant" une estimation de 400 000 chiots chaque année. La majorité sont gérées de manière illégale, et ne respectent pas la Loi sur le bien-être et la sécurité de l’animal (B-3.1). En comparaison à ces chiffres, au Québec, plus d'un demi million d'animaux sont abandonnés chaque année, et 80% d'entre eux finiraient euthanasiés. Il y a donc un évident déséquilibre entre la "demande" et la quantité de chiens.


Des conditions inhumaines

Dans de nombreux cas, les chiens sont laissés à eux-mêmes dans des cages insalubres, dans leurs excréments. D'autres vivent à l'extérieur avec une petite niche en guise de toit. Ils ne connaissent ni l'amour, ni le confort. Leurs soins médicaux sont généralement inexistants, mais même lorsqu'ils sont rendus au bout du rouleau, incapables de se reproduire, les plus profiteurs tentent de les vendre pour faire une "dernière passe de cash" avec l'animal...


Lutter contre les usines à chiots

On vous recommande de ne jamais acheter des chiots provenant :

- d'animaleries qui disent travailler avec des élevages en règle ;

- de faux élevages qui ne vous laissent pas visiter ni rencontrer les parents ;

- de particuliers qui n'ont aucune expérience en reproduction ;

- de compagnies qui ont des portées eux-mêmes ;

- de fourrières qui ont des chiots à l'année longue ;

- de faux élevages qui n'ont pas de chiens enregistrés au Club Canin Canadien.

Tournez-vous plutôt vers les SPCA et refuges qui ont souvent des jeunes chiens en adoption, et même des portées complètes. Dans certains cas, des animaleries vendent aussi des animaux de refuges pour faire un bon geste.


On vous recommande fortement de regarder le reportage de J.E. datant du 23 janvier 2020. Cliquez ici pour le visionner.


*Photos de courtoisie