Interdiction de certaines races: agissez

Au Québec, les municipalités sont totalement libres de bannir des races de chiens. Ainsi, les Pit Bull Terriers Américains, les Bull Terriers du Staffordshire, les Staffordshire Terriers Américains, les Bull Terriers Anglais et d'autres races ne peuvent pas vivre dans beaucoup de villes de notre province. Nous vous partageons donc des conseils pour faire annuler ce type de réglementation dans votre région.

1. contactez les élus

Pour commencer, vous pouvez remplir ce questionnaire officiel de l'Assemblée Nationale:

Ensuite, vous pouvez contacter les élus de la province par courriel afin d'exprimer votre opinion sur le Projet de loi 128:

2. appeler votre clinique

NOUVEAU

Les médecins vétérinaires doivent s'affirmer contre le projet de loi 128 en mettant de la pression sur l'Ordre des Médecins Vétérinaires du Québec (OMVQ).

Pour commencer, ils doivent absolument le lire, car celui-ci les concerne sur plusieurs points. Nous avons appris que beaucoup d'entre eux n'ont toujours pas pris connaissance de son contenu, et ce n'est pas normal quand on tient compte du fait qu'on parle de la vie de leurs patients.

Vous devez appeler votre clinique, et demander à parler à votre vétérinaire. S'il est occupé, demandez à vous faire rappeler. 

 

Questionnez-le:

-a-t-il pris le temps de lire le projet de loi 128?

-quelle est son opinion sur le sujet?

-euthanasiera-t-il ses patients pour leur race, croisement ou apparence?

Ensuite, demandez-lui de:

-mettre de la pression sur l'OMVQ pour que l'Ordre protège ses membres;

-prendre position en parlant du problème des morsures;

-lire le projet de loi 128 entièrement.

5. prendre des précautions

Conseils pour se préparer à la possible approbation du projet de loi 128 :

*Si vous ne possédez pas de papiers prouvant que votre chien vous appartenait ou était enregistré avant l'application du projet de loi:

-nous vous recommandons [si vous êtes de gardien de chiens pouvant rentrer dans les catégories de types Pit Bull ou Rottweiler] d'enregistrer votre compagnon à quatre pattes auprès de votre ville, et de conserver le reçu démontrant l'achat de la médaille ;

-sinon, vous pouvez emmener vos compagnons canins chez le vétérinaire prochainement afin d'obtenir un document daté et à votre nom, fournissant des informations sur l'animal ;

-si vous possédez illégalement un chien de types Pit Bull ou Rottweiler dans une ville qui les bannit, nous vous recommandons de déménager rapidement dans une municipalité sans LSR, et de suivre les démarches conseillées ci-dessus.

*Si vous envisagez d'adopter un chien potentiellement banni au Québec dans les prochains mois, préparez-vous à devoir assumer financièrement l'application des règles permettant de bénéficier de la clause grand-père. Cependant, le Projet de loi 128 va prendre plusieurs mois avant d'être appliqué, ce qui permet d'économiser d'ici-là pour se plier aux conditions.

*Si vous avez des difficultés financières, nous vous recommandons de préparer dès maintenant une cagnotte pour commencer à économiser en vue de pouvoir stériliser, enregistrer, (etc.) votre chien. À titre d'exemple, cela revient environ à 800$ pour appliquer les conditions de garde d'un chien de type Pit Bull.

*Nous sommes contre la reproduction chez les particuliers, mais aujourd'hui plus que jamais nous vous demandons de ne pas faire accoupler vos chiens de type Pit Bull, Rottweiler, ainsi que les chiens ayant des problèmes de comportement, car ils sont en surpopulation au Québec par rapport aux capacités des refuges, ce qui mènera à beaucoup de mises à mort...

Tout savoir sur le projet de loi 128

parce que les chiens du Québec sont en danger.

Informations

 

4. consulter

NOUVEAU

Nous vous recommandons de regarder les rencontres entre le gouvernement et les experts rencontrés lors des consultations sur le projet de loi 128. Vous devriez également consulter leurs avis afin de mieux comprendre la situation.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

loi 54

Le P.L. 128 annule la loi sur le bien-être des animaux de compagnie pour son application.

rencontres

Le gouvernement rencontrera des sources émotives pro-LSR lors de ses consultations.

morsures

Tout chien qui mord, peu importe sa taille et le contexte, sera puni pour son geste.

discrimination

Plusieurs races et les chiens croisés qui y ressemblent deviendront bannis de la province.

lire le projet de loi complet

Bien que vous trouverez plus bas d'avantage de renseignements sur le projet de loi 128, nous vous recommandons très fortement de lire la totalité de ce document si vous aimez les chiens, et particulièrement si vous en accueillez un ou plusieurs à la maison.

Malheureusement, tout le monde ne sera pas capable de respecter les conditions de garde d'un chien de type Pit Bull ou Rottweiler. Voici plusieurs facteurs expliquant ceci:

*votre ville actuelle ne doit pas bannir ce type de chiens, car il vous sera impossible de bénéficier du droit acquis dans la mesure où votre chien est déjà banni de votre secteur.

Solution: déménager rapidement dans une ville sans LSR ou essayer de convaincre votre municipalité d'annuler son règlement.

*vous devez avoir les moyens financiers nécessaires pour pouvoir appliquer toutes les conditions de garde qui sont actuellement incertaines (on parle surtout de stérilisation, de permis de garde de chien potentiellement dangereux, de micro-puçage et de muselière). 

Solution: faire stériliser et micro-pucer votre chien dès maintenant (deux soins de base à nos yeux), tout en commençant à économiser pour le reste des conditions qui seront annoncées.

*vous ne devez pas avoir eu d'élément ajouté à votre dossier criminel au courant des cinq dernières années précédant la date de mise en place du projet de loi 128.

Solution: confier légalement votre chien à une personne de confiance qui vit dans une ville n'ayant pas de règlement visant certaines races.

qui?

Les conséquences de ces réglements sur les refuges et services animaliers

Le bannissement de certaines races mène d'une part à des abandons massifs, et d'une autre à des mises à mort de chiens sociables et en santé. En effet, il est souvent impossible ou très difficile de faire adopter un chien "banni", ce qui mène les lieux de recueil à gérer des situations compliquées. Nous vous invitons à contacter le(s) établissement(s) de votre région pour obtenir un témoignage écrit à présenter à vos élus.

Modèle de courriel

à copier-coller et signer:

Madame, monsieur,

Je vous contacte aujourd'hui afin de vous parler du projet de loi 128, qui  a pour but de renforcer la sécurité publique en encadrant les chiens. J'appuie entièrement votre désir de vouloir agir, mais je pense que plusieurs passages du projet de loi sont irréalistes et inefficaces pour lutter contre le problème des morsures.

À Calgary, en Alberta, le nombre de cas a diminué de manière incroyable sans viser de races particulières, et j'ose espérer un tel changement dans notre province, pour faire diminuer la moyenne annuelle de 164 000 cas. La prévention contre les morsures et l'enseignement du langage corporel canin sont deux des principales solutions face au taux élevé de blessures causées par des chiens.

En parallèle, comme on a pu le constater en Ontario (où le bannissement de certaines races a échoué), plus il y a de chiens sur un territoire et plus il y a de morsures. En contrôlant les naissances de chiots par l'encadrement strict de la reproduction (avec un permis), on diminue le nombre de chiens sans pratiquer d'euthanasies. On rend l'acquisition d'un chien difficile pour les familles irresponsables, et on diminue la quantité de chiens ayant un problème de comportement causé par une génétique instable, une séparation précoce de la mère ou une mauvaise socialisation.

Je vous prie de bien vouloir reconsidérer votre approche, car les deux mois qui ont été accordés à la rédaction du projet de loi 128 sont insuffisants quand on parle d'assurer la sécurité publique. Comme l'a expliqué le Dr Ethan Lightblau, ce n'est pas les origines de Lucifer qui ont mis fin aux jours de madame Vadnais, mais bien son passé personnel et le manque d'action de la Ville de Montréal suite à ses précédentes attaques.

Dans la mesure où il est impossible d'identifier visuellement un chien, que les tests d'ADN sont coûteux et que les municipalités n'ont pas de budget pour bannir certains chiens pour leur races, croisement ou apparence, les mesures visant les chiens de types Pit Bull, Amstaff, Staffy et Rottweiler sont inappropriées. C'est la raison pour laquelle beaucoup des villes du Québec ayant adopté ce  type de législation ne l'appliquent pas, par manque de ressources et surtout, de résultats.

Merci de votre attention. Dans l'attente d'une action de votre part,

*NOM*